Côte d’Ivoire-AIP/ Des habitants de Bouaké saluent le dialogue politique entamé par Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié

Bouaké, 12 nov 2020 (AIP)- Plusieurs habitants de la ville de Bouaké (centre, région de Gbêkê), interrogés jeudi 12 novembre 2020 au cours d’une enquête express, saluent le dialogue politique entamé par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, et le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié.

Ils souhaitent dans leur ensemble que ce dialogue, entamé mercredi 11 novembre 2020, soient « sincère et inclusif » afin d’aboutir à une paix durable gage d’un développement harmonieux de la Côte d’Ivoire.

« C’est bien que les présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara aient renoué le fil du dialogue. C’est le début de la décrispation de la tension qui était de plus en plus vive avec son corolaire de pertes en vie humaine, de dégâts matériels et de blessés », s’est réjoui Coulibaly Basoleymane, enseignant de lycée, espérant que les échanges entre ces deux grands leaders de la politique ivoirienne « aboutissent à des solutions qui permettent à la Côte d’Ivoire de redevenir la terre de paix, d’espérance et de fraternité qu’elle a toujours été ».

« C’est déjà une très bonne chose que ces deux grands leaders se rencontre pour parler même si mon souhait aurait été qu’ils le fassent bien avant afin de permettre de faire l’économie des nombreux morts et dégâts matériels déplorés. Mais comme on a l’habitude de le dire, il n’est jamais trop tard pour bien faire », a indiqué pour sa part, Konan Simon, animateur culturel au centre culturel Jacques Aka, espérant que ce dialogue soit ouvert à toute la classe politique ainsi qu’à l’ensemble de la société civile pour déboucher sur une paix durable en Côte d’Ivoire.

« C’est une très bonne chose si les deux aînés de la classe politique ivoirienne ont entendu les cris de cœur des populations. Il faut seulement que chacun aille au plus profond de lui-même afin d’aplanir leurs divergences et leurs rancœurs. Tout ce que la population attend d’eux, c’est la paix. Qu’ils nous offrent donc la paix, préalable à tout développement comme l’a dit le père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët-Boigny », a indiqué la directrice de DYA-NVY, Assitan Coulibaly.

Ce dialogue, entamé par le chef de l’Etat et le chef de l’opposition ivoirienne, réjouit également le président de la plateforme TFA (Tous Frères et Associés), Honoré Kouamé Gbondo, qui le considère comme « une excellente initiative » qui permettra de garantir la paix en Côte d’Ivoire. « Je me réjouis pour ce dialogue qui va contribuer à raffermir les liens de fraternité entre les ivoiriens. C’est vraiment notre plus grand souhait, car, nous au TFA, nous disons que la fraternité est au-dessus de tout », a indiqué M. Gbondo.

Même appréciation de la part du président de l’ONG MURIR, Mohamed Berté, qui estime que ce dialogue politique entre les présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié apporte l’apaisement au sein de la population qui vivait dans l’angoisse et la torpeur. « On voit qu’aujourd’hui tout est apaisé et tout le monde est soulagé. Nous souscrivons donc entièrement à ce dialogue politique entre Ouattara et Bédié », a-t-il déclaré.

Selon Dr. Diomandé Jean Loti, médecin en service à la direction régionale de la santé et de l’hygiène publique de Bouaké, cette rencontre d’échange entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié est la bienvenue parce que le dialogue est en soit une bonne chose. « Je salue cette initiative de dialogue entre ces deux grands qui est en soit une très bonne chose parce que dans la vie, il faut se parler pour dissiper les malentendus », a-t-il indiqué.

Il souhaite dessus tout que ce dialogue soit « sincère et inclusif afin de déboucher sur une paix durable ». « C’est une très bonne chose que d’initier ce dialogue. Mon souhait le plus ardent est que tous les acteurs politiques ivoiriens y soient conviés. Je souhaite également qu’il n’y ait pas de longue de bois ou de calculs politiciens, mais que chacun parle avec sincérité au cours de ce dialogue afin qu’il débouche sur une vraie paix et non une paix factice afin que la Côte d’Ivoire sorte définitivement de ce cycle de violence dans lequel elle est engluée depuis plusieurs années » a plaidé le praticien de santé.

(AIP)

rkk

AIP Agnibilekrou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.