Côte d’Ivoire-AIP/International/ Des progrès dans la réponse de l’Afrique à la COVID-19 (OMS)

Abidjan, 16 oct 2020 (AIP) – Depuis le premier cas de COVID-19 signalé en Afrique à la mi-février, les pays du continent ont fait des progrès considérables dans la lutte contre le virus, en renforçant les mesures d’intervention clés telles que le diagnostic, la prévention, le traitement, la formation du personnel ainsi que la fourniture de matériel et d’équipements médicaux essentiels.

En février, seuls deux laboratoires dans la Région africaine de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) étaient en mesure de diagnostiquer un cas de COVID-19, rapporte l’OMS dans un bulletin publié le jeudi 15 octobre 2020.

À ce jour, 750 laboratoires dans la Région peuvent effectuer des tests de dépistage du virus. L’augmentation de la capacité de diagnostic a permis de réaliser plus de 10 millions de tests au cours des huit derniers mois. Point essentiel, les tests ont été décentralisés dans de nombreux pays.

Toutefois, pour stimuler la détection des cas – sur la base d’études relatives à la morbidité excessive des maladies de type grippal dues à la COVID-19 – l’OMS a fixé un seuil de 10 tests pour 10 000 personnes par semaine. Au cours du mois dernier, 12 pays ont dépassé ce seuil.

La COVID-19 a révélé des insuffisances dans les soins cliniques prodigués aux patients aux premiers stades de la pandémie. Une évaluation de l’OMS portant sur les pays de la Région africaine a révélé qu’il y avait 0,26 ventilateur mécanique fonctionnel pour 100 000 personnes, soit près de 30 fois moins que dans certains pays d’Europe occidentale. En août, le nombre de ventilateurs était passé à 0,96 pour 100 000 personnes. En avril, il y avait environ 13 000 lits pour les patients de COVID-19 et en août, ils étaient passés à plus de 43 000.

La sensibilisation des communautés au sujet de la COVID-19 reste un pilier essentiel pour promouvoir la sécurité et prévenir la propagation du virus. L’OMS et ses partenaires ont mobilisé plus de 345 000 agents de santé communautaires dans la Région, et des responsables et personnes influentes au niveau local sont également formés dans 45 pays.

La chaîne d’approvisionnement mondiale ayant été mise à rude épreuve par une concurrence accrue et des obstacles logistiques pendant les périodes de confinement, les pays africains ont pu se procurer du matériel par l’intermédiaire du portail des Nations Unies, qui a permis d’expédier plus de 48 millions d’équipements de protection individuelle aux pays et 27 millions d’autres sont en cours d’acheminement.

En juin, les évaluations menées par l’OMS dans plus de 1200 structures de santé ont révélé que de nombreux travailleurs de la santé manquaient de compétences en matière de prévention et de contrôle des infections, ainsi que sur la manière de se protéger et de protéger leurs patients contre le virus. L’OMS a travaillé avec de nombreux partenaires pour dispenser une formation en matière de prévention et de contrôle des infections à plus de 150 000 travailleurs de la santé.

Bien que les pays aient fait des progrès dans la lutte contre la pandémie, il est encore possible de renforcer des domaines clés de la réponse, tels que le dépistage, le traitement, la capacité des travailleurs de la santé à fournir des soins essentiels, ainsi que la prévention de l’infection.

« Au cours des trois derniers mois, l’Afrique a enregistré une baisse du nombre de nouveaux cas de COVID-19. Cependant, les pays doivent rester vigilants, en maintenant des mesures de santé publique cruciales pour éviter une explosion potentielle de cas », conclut l’OMS.
(AIP)
cmas

AIP Anyama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.