Côte d’Ivoire-AIP/ Les cours perturbés dans plusieurs établissements scolaires d’Abidjan

Abidjan, 19 oct 2020 (AIP) – Plusieurs établissements ont dû fermer ou sont restés fermés, les élèves délogés et contraints de retourner chez eux, lundi 19 octobre 2020, en raison d’un mot d’ordre de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui réclame la suppression des frais fixés par les comités de gestion des établissements scolaires (COGES).

A 10H, au Collège moderne du Plateau, l’AIP a fait le constat des salles de classe vides et la fermeture de l’administration. Les élèves, professeurs et personnel d’encadrement sont absents. Une vendeuse installée au sein de l’établissement explique que la FESCI est venue déloger les élèves entre 07H et 9H.

« Il y avait un groupe dehors et un autre à l’intérieur de l’école. Ceux-ci, à l’aide des pierres, ont forcé le portail annexe de l’école pour y avoir accès.  Nous nous sommes refugiés sous nos tables. Moi-même, une pierre m’a frôlée. Aussitôt, les responsables de l’école ont libéré les élèves et sont rentrés chez eux », a témoigné cette commerçante, Fatoumata Ouédraogo.

Par la suite, direction Treichville, au Collège moderne Autoroute. Quelques élèves sont attroupés à l’entrée de l’école, tandis que plusieurs pierres ont envahi l’entrée et l’enceinte de l’établissement.

« Nous faisions les cours lorsque nous avons entendu des bruits. Les gens ont demandé de sortir des classes, ils ont commencé à lancer les cailloux et c’est comme cela que j’ai été blessé, moi et d’autres élèves », éclaire un élève de 6e, Bah Abdoul.

Le personnel d’encadrement étant en réunion, le président des jeunes du quartier Biafra de Treichville, Diarrassouba Mammeri, dit avoir appris depuis la veille que la FESCI devrait venir déloger les élèves. « Nous nous sommes organisés pour pouvoir les empêcher mais lorsque nous venions sur place, le mal était déjà fait. Ils promettent revenir, nous sommes là nous les attendons », a-t-il lancé.

Au Lycée moderne de Treichville, contrairement aux autres établissements sillonnés, l’atmosphère est calme, les forces de l’ordre y sont bien installées. Selon le proviseur, Mme Coulibaly Rokia, les cours se sont bien déroulés, les professeurs ont fait leur travail.

« Nous avons reçu la visite des envahisseurs vers 11H30. Ils étaient armés de pierres et autres objets mais ils n’ont pas pu avoir accès à notre lycée car la police les a refoulés. Nos élèves ont été délogés par leurs camarades de classe, pour éviter le désordre nous les avons libéré », a-t-elle relaté.

La FESCI, à travers un préavis de grève signé de son secrétaire général, Saint-Clair Allah, avait prévu de suspendre des cours sur toute l’étendue du territoire national à compter du lundi 19 octobre 2020 pour 72 heures renouvelables, pour des problèmes auxquels fait face l’école ivoirienne depuis plusieurs années à savoir, les cotisations COGES, les frais annexes et la fraude aux sessions du Baccalauréat.

(AIP)

ano/cmas

AIP Anyama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.