Côte d’Ivoire-AIP/ L’Etat-major des armées expose son plan de sécurisation des élections dans le Gôh-Djiboua

Gagnoa, 09 oct 2020 (AIP)- L’Etat-major des armées de Côte d’Ivoire, a exposé son plan de sécurisation de l’élection présidentielle dans les régions du Gôh et du Lôh-Djiboua, vendredi 09 octobre 2020, lors d’une séance d’information tenue au messe de la gendarmerie de Gagnoa, à l’endroit des autorités et personnalités de la région.

Dénommé ‘Barrissement de l’éléphant’, ce plan nécessitera au moins 1910 militaires, gendarmes et policiers, qui auront pour mission,  d’assurer la sécurité de l’élection présidentielle dans le district du Gôh-Djiboua, comprenant les régions du Gôh et du Lôh-Djiboua.

Le plan de sécurisation a été conçu et rendu opérationnel avec des exercices de simulations éclatés au niveau du fuseau Ouest (Gagnoa), afin de maitriser la violence, avant, pendant et après le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, a expliqué le superviseur de l’exercice de sécurisation fuseau Ouest, colonel Otchelio Gnahé Etienne, chef du bureau d’information et de presse des armées.

L’exercice a comporté deux étapes, a fait savoir le colonel.

Des reconnaissances thématiques visant à rechercher le renseignement d’ambiance, l’aide au stationnement, l’identification des lieux de vote et le recensement des zones d’intérêt, toute la journée du mercredi 07 octobre, avec parallèlement, une rencontre a été organisée avec les forces vives de la ville, pour les informer et recueillir leurs préoccupations spécifiques.

La seconde étape, le jeudi 08 octobre, a été consacrée au déploiement dans les lieux de vote, dans une configuration identique au jour du scrutin, avec gestion d’incidents généralement rencontrés le jour du vote.

« La Côte d’Ivoire doit exister et elle existera après le 31 octobre », s’est exprimé le préfet de la région du Gôh, préfet du département de Gagnoa, Fofana Lancina. Il a rappelé que certes le vote est organisé par la Cei, mais le représentant de l’autorité étatique qu’il est se doit de veiller au déroulement du processus électoral.

Expliquant que l’armée se doit d’être prévoyante face à toute  situation, le préfet a indiqué que les mesures annoncées par l’Etat-major montrent clairement que tout sera mis en œuvre pour que le 31 octobre, les élections se déroulent comme il se doit et les populations aillent voter comme le dit la loi.

« Nous avons été rassurés par ce que nous avons vu et entendu », a-t-il conclu.

Outre Gagnoa, des simulations ont eu lieu à Grand Bassam pour le fuseau Sud, Ferkessédougou pour le fuseau Nord et dans la ville de Bondoukou, pour le fuseau Est.

(AIP)

Dd/ask

A. Marcel N'GBESSO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.