Côte d’Ivoire-AIP/ L’UNESCO tisse les toiles des alliances interethniques pour prévenir et régler les crises

Abidjan, 23 oct 2020 (AIP)- La Représentante et Cheffe du Bureau de l’UNESCO en Côte d’Ivoire, Anne Lemaistre, a présenté, vendredi 23 octobre 2020, les acquis du relais des alliances interethniques après deux années de sensibilisation, de prévention et de règlement des conflits dans huit régions de la Côte d’Ivoire.

Cérémonies de pardon, la vulgarisation des alliances comme outils de prévention des conflits, dans la vision de l’UNESCO pour que la guerre naissant dans les esprits, il faut les combattre dans les esprits en priorité celui des enfants, ont marqué les deux années de la campagne.

L’étude de l’UNESCO redécouvre, entre autres, « un code de déontologie antre alliés avec des devoirs pour ne jamais verser le sang de l’allié », a relevé Pr Sekongo Fernand, membre de l’équipe d’experts commis par l’UNESCO.

Il s’agit « d’exhumer et de faire connaitre cette culture perturbée par l’intrusion de la culture occidentale », a soutenu Dr Kossoro Gnaboua. Il estime que l’Etat doit prendre conscience de l’importance des alliances, « une institution séculaire ».

Et elle donne place aux jeunes pour être des acteurs de paix et non de violence en en faisant des « producteurs de paix et non des consommateurs de paix », a renchéri Pr Lou Bamba.

Ce panel auquel participait le coordonnateur résident du système des Nations unies, Philippe Poinsot, le conseiller du représentent pour la construction de la paix et la transition, Raluca Eddon, et la représentante du Programme des nations unies pour le développement, Carol Flore Smereczniak, concluait une campagne de sensibilisation pour la paix

L’UNESCO a organisé une caravane de sensibilisation sur les alliances interethniques et autres mécanismes de prévention et de résolution de conflits. Elle a sillonné plusieurs localités dans le cadre du projet « Renforcement de la participation des jeunes, des femmes et des communautés à la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire ».

Les localités ciblées étaient Aboisso, Yamoussoukro, Katiola, Dabou, Sikensi, Divo, Gagnoa et Adzopé.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

Il a pour but de renforcer la participation des jeunes et des associations de jeunes, des femmes et des communautés à la consolidation de la paix à travers des pratiques traditionnelles de prévention et de résolution de conflits qui sont en général des mécanismes utilisés par les peuples en Côte d’Ivoire pour établir dans leur communauté la cohésion sociale et le vivre ensemble en harmonie.

(AIP)

aaa/cmas

A. Marcel N'GBESSO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *