Côte d’Ivoire-AIP/ A Odienné, de fortes pluies accentuent la dégradation de la voirie urbaine

Odienné, 10 sept 2020 (AIP)-  Les fortes pluies qui s’abattent depuis plusieurs semaines à Odienné ont pour corollaire, entre autres, une accentuation de la dégradation des routes, observable en plusieurs endroits de la ville.

        

Voies principales revêtues, routes secondaires en terre, quasiment tous les axes présentent des déformations, avec soit de profonds nids de poule, soit des parties complètement inondées, enclavant des pans entiers de quartiers.

Des quartiers populaires, extensions de la ville, avec des habitations fleurissant tous les jours, Bromakoté et Yankafissa, notamment, subissent de plein fouet la saison pluvieuse. Les routes en terre les parsemant présentent pour certaines des fentes profondes, pour d’autres d’énormes crevasses, ou encore sont inondées par endroit, rendant des ilots quasiment inaccessibles, même à moto.

Pratiquement la majorité des quartiers de la ville vit la réalité quoique à des degrés divers.

Conseiller municipal, Mamadou Cissé reconnait la nécessité d’entreprendre de lourds travaux de reprofilage sur ces voies secondaires en terre, au-delà des efforts entrepris, chaque année, par la mairie pour colmater les brèches, au sortir des périodes de pluies.

Une tâche de réaménagement léger de la voirie en terre, relevant de son ressort, que la marie va s’atteler encore cette année de remplir quand prendra fin la saison pluvieuse, a assuré pour, sa part, le directeur technique, Ruffin Pouho.

Pour ce qui concerne les voies principales revêtues de tarmac, la plupart, des parties d’axes nationaux, M Pouho a mis en avant la responsabilité de l’Etat quant à la réparation des dégâts.

« Depuis l’année dernière, en rapport avec la direction de l’équipement et de l’entretien routier nous avons fait des relevés et monter un projet de réparation. Il appartient aussi à nos cadres et élus de faire du lobbying auprès des autorités étatiques afin que les travaux démarrent », a-t-il suggéré.

     

 

Les dégâts sur les voies principales bitumées sont concentrés au niveau notamment des deux ronds-points de la ville ainsi qu’au niveau des deux grands carrefours pourvus en feux tricolores.

Le rond-point Nabintou Cissé a le plus subi les affres de la saison pluvieuse, avec une des voies fermée à la circulation, depuis plusieurs jours, parce que complètement dégradée. Selon le directeur régional de l’équipement et de l’entretien routier, André Kamelan Ettien, un problème d’assainissement est en cause à ce niveau.

Situé dans une cuvette avec en amont un lac ensablé, l’ouvrage selon lui ne dispose pas d’équipement dimensionné pour l’évacuation de l’important flux d’eau qui s’y déverse quand il pleut et qui stagne sur la chaussée, s’infiltrant par la suite dans les couches inférieures et, de causer par la suite le décapage du revêtement. Au point où il n’existe plus de bitume à ce jour sur une partie de la route. L’autre partie quoique encore praticable est aussi partiellement dégradée.Des surfaces, intégrant la nationale A7 (en provenance de Touba, passant par le supermarché King Cash et contournant le rond-point central pour aller à Samatiguila, jusqu’à la frontière du Mali) et la A12 (la route Boundiali-Gbéléban, jusqu’à la frontière guinéenne traversant la ville) sont aussi fortement dégradées, peut-on constater au niveau de la ville d’Odienné.              

Selon le responsable local de l’entretien routier, un projet de bitumage de près de 14 km de route, intégrant une voie ceinturant la ville, avec pour point de départ le carrefour Nabintou Cissé, devrait définitivement résoudre l’équation de la réparation du bitume abîmé à Odienné. Le projet prend en compte les réparations notamment au niveau des deux ronds-points et des deux grands carrefours.

(AIP)

kg/tm

AIP Béoumi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.