Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ L’ancien président burundais Pierre Buyoya condamné à perpétuité

Abidjan, 21 oct 2020 (AIP)- L’ancien président du Burundi, Pierre Buyoya, et 15 autres accusés ont été condamnés, lundi 19 octobre 2020 à la prison à perpétuité par la Cour suprême de justice du Burundi, pour « attentat contre le chef de l’État, d’attentat contre l’autorité de l’État et d’attentat tendant à porter le massacre et dévastation ».

Ils devra payer aussi une amende de 102 milliards de francs burundais, dans le procès de l’assassinat de Melchior Ndadaye, premier président hutu démocratiquement élu, tué en octobre 1993.

Avec lui, trois autres prévenus ont été condamnés à 20 ans de prison. La justice burundaise n’a acquitté qu’un seul des accusés en la personne d’Antoine Nduwayo, ancien Premier ministre (février 1995-juillet 1996) et membre de l’Union pour le progrès national (Uprona).

Ce procès s’est déroulé en l’absence de la majorité des prévenus qui, comme Pierre Buyoya, ont quitté le pays depuis de nombreuses années. Seuls quatre hauts gradés se trouvaient dans le box des accusés. Parmi les autres personnes poursuivies, on retrouve notamment d’anciens caciques de la gendarmerie et de l’armée, dominée à l’époque par la minorité tutsi.

En 1987, dans un contexte de tensions ethniques, Buyoya renverse le président Jean-Baptiste Bagaza, et conserve ensuite le pouvoir jusqu’en 1993. Cette même année, la première élection présidentielle au suffrage universel de l’histoire du pays porte au pouvoir un Hutu, à savoir, Melchior Ndadaye.

Le 21 octobre 1993, soient quatre mois après son arrivée au pouvoir, l’assassinat du nouveau président marque le début de la guerre civile. Cyprien Ntaryamira, successeur de Ndadaye sera lui aussi assassiné, en avril 1994, alors qu’il rentrait de Tanzanie dans l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana.

Ouvert en octobre 2019, le procès sur l’assassinat de Melchior Ndadaye a livré son verdict lundi, plus d’un an après son ouverture et deux jours avant l’anniversaire de l’assassinat de Melchior, le 21 octobre 1993.

(AIP)

tls/cmas

Ahou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.