Côte d’Ivoire-AIP/ L’Ong Groupe de contact lance les journées de sensibilisation sur la paix durable à Oumé

Gagnoa, 30 sept 2020 (AIP)- L’Ong internationale Groupe de Contact Paix et Développement en Afrique, autorité non gouvernementale de prévention des conflits, présidée par le ministre Louis André Dacoury-Tabley, a lancé mardi 29 septembre 2020, les journées de sensibilisation aux valeurs de la culture de la paix durable, de la non-violence avec les chefs traditionnels, guides religieux, leaders de femmes, de jeunes des villages, campements et communes du département d’Oumé.

Sous le thème, ‘Pour la paix durable, la non-violence à Oumé et en Côte d’Ivoire, nous nous engageons’, 70 chefs de villages, de cantons et de tribu venus des 32 villages Gban et 16 villages Gouro, repartis sur les quatre sous-préfectures et communes d’Oumé et Diégonéfla, ont pu écouter les explications fournies par le président de l’Ong, sur les objectifs que son équipe et lui se sont donnés.

Au travers de cet atelier de trois jours, l’Ong Groupe de contact s’est assigné comme tâche, selon le président Louis Dacoury-Tabley, de rechercher avec la chefferie, des propositions de mesures propres à « prévenir, désamorcer, atténuer les tensions, les conflits, à instaurer une paix durable, républicaine », pour promouvoir le développement durable en Côte d’Ivoire.

« La paix, c’est le respect des lois de la République », a martelé l’ancien ministre des Eaux et Forêts. Bien sûr que la vie en société n’implique pas l’absence totale de conflits, mais elle incarne, a-t-il dit, une volonté soutenue de « résolution systématique, calme, mesurée », par l’écoute, la compréhension, le dialogue, la négociation, la considération.

Au sortir des trois jours d’échange, auxquels prennent successivement part,  150 femmes mercredi, puis 150 jeunes jeudi, il leur sera proposé des pistes afin de créer les conditions d’une paix pérenne pour un développement durable à Oumé, en Côte d’Ivoire, et en Afrique.

« Mes amis et moi sommes convaincus que nous finirons par y parvenir, car la nostalgie de la paix, dort dans chaque être humain et plus particulièrement dans l’esprit de chaque habitant de ce pays », a affirmé le député de Gagnoa-commune.

Dans cette perspective, tous les membres de l’Ong se sont imposé comme grande priorité, d’aider au renforcement des capacités des acteurs incontournables que sont la chefferie, vis-à-vis de la paix et du développement dans le département d’Oumé.

Ensemble avec la chefferie, il a dit vouloir œuvrer à dégager les obstacles  contre productifs, que sont les conflits, et s’employer à mettre en place, un cadre local de prévention, de résolution de conflits avec comme objectif, la consolidation et la pérennisation de la paix.

Venus présider la cérémonie officielle d’ouverture, le préfet du département d’Oumé, a déclaré que ces journées qui viennent à quelques semaines de la présidentielle, sont l’opportunité pour la chefferie et les populations en général, de réfléchir à l’attitude à adopter pour jouer leurs partitions dans la recherche de la véritable paix.

L’Ong Groupe de contact paix et développement en Afrique, est née en mai 2011, au lendemain de la crise post électorale en Côte d’Ivoire, et à l’initiative de quelques cadres, des chefs traditionnels et d’élus.

Durant trois mois, de juillet à septembre 2020, l’Ong à formé et sensibilisé successivement, 64 chefs de canton et des guides religieux, 100 présidentes des femmes de villages, 50 présidentes des femmes de campements, 50 présidentes des femmes des trois communes du département de Gagnoa, et 200 jeunes, dont 40 venus respectivement des campements, et des communes de Gagnoa, Guibéroua et Ouragahio.

(AIP)

Dd/ask

A. Marcel N'GBESSO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.